resilience definition

La résilience est un concept fascinant qui a trouvé une place centrale dans les discussions sur la psychologie, la santé mentale et même dans le développement personnel. Mais qu’est-ce que la résilience exactement ? Comment se manifeste-t-elle et pourquoi est-elle si importante ? Dans cet article, nous allons explorer la définition de la résilience, ses origines, ses mécanismes et son importance dans notre vie quotidienne.

La définition de la résilience

La résilience, en termes simples, est la capacité d’un individu à surmonter les adversités, à rebondir après des épreuves difficiles et à continuer à avancer malgré les obstacles. C’est une sorte de flexibilité psychologique qui permet à une personne de s’adapter aux circonstances défavorables, de se reconstruire après un traumatisme et de retrouver un équilibre émotionnel.

La résilience ne signifie pas l’absence de difficultés ou de souffrance. Au contraire, elle implique une confrontation avec les défis, une prise de conscience de la douleur et un processus actif de reconstruction. Ce terme trouve son origine dans le latin « resilio« , qui signifie « rebondir », et il est devenu un concept central dans le domaine de la psychologie grâce aux travaux de chercheurs comme Boris Cyrulnik, Michael Rutter et Emmy Werner.

Les mécanismes de la résilience

La résilience est un processus complexe qui implique plusieurs mécanismes psychologiques et sociaux. Parmi les éléments clés qui favorisent la résilience, on peut citer :

  1. La défense-protection : Il s’agit de la capacité de se protéger contre les effets destructeurs d’un traumatisme. Cela peut inclure des mécanismes de défense psychologiques, des soutiens sociaux et des interventions thérapeutiques ;
  2. L’équilibre face aux tensions : La capacité à maintenir un équilibre émotionnel et à gérer le stress est essentielle pour la résilience. Les techniques de gestion du stress, comme la méditation et la relaxation, jouent un rôle important ici ;
  3. L’engagement-défi : Les individus résilients voient souvent les défis comme des opportunités de croissance plutôt que comme des obstacles insurmontables. Cette attitude proactive favorise l’adaptation et la surmontée des difficultés ;
  4. La signification-évaluation : Trouver un sens aux événements traumatisants peut aider à surmonter la douleur. Cette recherche de sens permet de réévaluer les situations et de les intégrer dans une perspective plus large ;
  5. Le soutien social : Les relations sociales solides sont un facteur crucial de résilience. Les amis, la famille et les professionnels de la santé mentale peuvent offrir un soutien émotionnel et pratique indispensable.

La résilience peut également être renforcée par des pratiques comme l’art-thérapie, l’écriture, et même des activités physiques (on pense aussi à cultiver cet état par le biais de techniques comme le Yoga par exemple). Le soutien thérapeutique est souvent nécessaire pour ceux qui ont vécu des traumatismes graves, et diverses thérapies peuvent aider à développer des stratégies de résilience.

L’importance de la résilience dans notre vie quotidienne

La résilience joue un rôle certain dans notre capacité à naviguer à travers les défis de la vie. Elle est essentielle non seulement pour surmonter les traumatismes majeurs comme la perte d’un être cher, la maladie ou les catastrophes naturelles, mais aussi pour gérer les stress quotidiens comme les pressions professionnelles, les conflits interpersonnels et les revers personnels.

Une personne résiliente est généralement plus capable de :

  • Maintenir un bien-être émotionnel : La résilience aide à réguler les émotions et à éviter les sentiments prolongés de désespoir ou de stress. Elle permet de développer une stabilité émotionnelle, même en face de situations difficiles. Les personnes résilientes sont capables de reconnaître et de gérer leurs émotions de manière plus efficace, ce qui réduit les risques de dépression et d’anxiété. Elles utilisent des techniques de relaxation, de méditation et de mindfulness pour maintenir leur équilibre mental ;
  • Réaliser une croissance post-traumatique : Certaines personnes non seulement se rétablissent après un traumatisme, mais trouvent aussi un sens renouvelé et une nouvelle direction dans leur vie. C’est ce qu’on appelle la croissance post-traumatique. Ce phénomène se produit lorsque l’individu transforme une expérience traumatisante en une opportunité de développement personnel. Ils découvrent de nouvelles forces en eux-mêmes, redéfinissent leurs priorités et adoptent une perspective plus positive sur la vie. Cette croissance les amène souvent à se sentir plus forts et plus résilients face aux futures adversités ;
  • Adapter des stratégies de coping : La résilience permet de développer des stratégies d’adaptation efficaces, comme la résolution de problèmes, la recherche de soutien social et l’utilisation de l’humour. Ces stratégies, connues sous le nom de « coping« , aident les individus à faire face aux défis quotidiens et aux crises de manière constructive. Par exemple, ils peuvent apprendre à décomposer un problème complexe en étapes gérables, à solliciter l’aide d’amis ou de professionnels, et à maintenir une perspective légère grâce à l’humour. Ces compétences sont essentielles pour naviguer les turbulences de la vie avec plus de sérénité ;
  • Rester optimiste et motivé : Les personnes résilientes ont souvent une attitude optimiste et une forte motivation pour atteindre leurs objectifs, malgré les obstacles. Elles voient les défis comme des opportunités d’apprentissage plutôt que comme des barrages insurmontables. Cet optimisme nourrit leur détermination et leur persévérance, les aidant à rester concentrées sur leurs objectifs. En cultivant une vision positive de l’avenir, elles sont capables de maintenir leur motivation et de surmonter les moments difficiles avec plus de facilité ;
  • Foster strong relationships : Les relations interpersonnelles sont renforcées par la capacité à surmonter les difficultés ensemble, créant des liens plus solides et plus durables. La résilience favorise l’empathie et la compréhension mutuelle, des qualités essentielles pour des relations saines. Lorsque les individus partagent et surmontent des épreuves ensemble, ils développent une confiance et une loyauté profondes. Ces liens robustes deviennent des sources de soutien cruciales en temps de crise, permettant aux personnes de se sentir moins seules et plus capables de faire face aux défis de la vie.

En somme, la résilience est une compétence vitale qui peut être cultivée et renforcée à tout âge, voire entraînée avec l’aide d’un coach mental. Elle nous aide à naviguer dans les périodes de turbulence et à émerger plus forts et plus sages. Dans notre monde en constante évolution, développer et maintenir la résilience est plus pertinent que jamais.

Pour aller plus loin : Quelques auteurs traitant de la résilience

Afin d’approfondir le sujet, nous vous convions à la lecture des ouvrages suivants :

  1. Boris Cyrulnik – « Les Vilains Petits Canards » : Ce principal théoricien de la résilience explore comment les expériences traumatisantes peuvent être surmontées grâce à des facteurs protecteurs et des ressources internes. Il met en lumière les mécanismes par lesquels les individus, même après avoir traversé des épreuves difficiles, peuvent rebondir et retrouver un équilibre émotionnel ;
  2. Emmy Werner et Ruth Smith – « Overcoming the Odds » : Emmy Werner et Ruth Smith ont mené une étude longitudinale sur des enfants à risque à Hawaï, révélant que certains parviennent à s’en sortir grâce à des qualités individuelles et à un soutien environnemental. Leur travail démontre l’importance des facteurs externes et des opportunités offertes par l’entourage dans le développement de la résilience ;
  3. Michael Rutter – « Resilient Children » : Michael Rutter examine les facteurs qui contribuent à la résilience chez les enfants. Il identifie des éléments tels que le soutien familial, les compétences sociales et la perception positive de soi comme essentiels pour aider les enfants à surmonter les difficultés et à s’épanouir malgré des conditions de vie adverses ;
  4. Jacques Lecomte – « Le Bonheur est Toujours Possible » : Dans cette œuvre, l’auteur discute de la résilience en lien avec le bonheur et la croissance personnelle. Il insiste sur l’importance des relations sociales, de la foi en un avenir meilleur et de l’engagement actif dans la vie pour développer la résilience. Selon lui, ces éléments sont fondamentaux pour surmonter les traumatismes et trouver un nouvel équilibre ;
  5. Anna Forés et Jordi Grané – « La Resiliencia: Crecer desde la Adversidad » : Anna Forés et Jordi Grané présentent la résilience comme un processus dynamique qui permet aux individus de grandir à partir de leurs adversités. Ils soulignent l’importance de l’adaptation, du soutien social et de la capacité à trouver un nouveau sens après un traumatisme. Leur approche met en avant la résilience comme une capacité évolutive qui se renforce avec le temps et l’expérience ;
  6. George Bonanno – « The Other Side of Sadness » : L’auteur remet en question les idées reçues sur le deuil et la résilience. Il montre que de nombreuses personnes sont capables de rebondir rapidement après une perte, en partie grâce à leur capacité à trouver des aspects positifs dans leur vie malgré la tristesse. Son travail souligne l’importance de la flexibilité émotionnelle et de l’optimisme dans le processus de résilience.

R.C.

Publié dans : Blog sur la Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *